experience 2

 

II. Expérience visant à comparer l’action du coca cola et de l’enzyme pepsine

 

L’expérience précédente portant sur l’acidité du coca cola, ainsi que de nombreuses observations sur celui-ci nous ont amené à nous poser des questions sur le mode d’action de ses composants sur l’organisme. Des similitudes ont été observées entre la digestion de la viande par l’estomac et l’action du coca cola sur la viande. Notre démarche consistera donc en la comparaison de l’action du coca cola et de l’ENZYME PEPSINE (catalyseur biologique, protéine, contenue dans le suc gastrique, et qui agit sur les protéines par hydrolyse) sur un jaune d’œuf qui contient des protéines.

 

Problématique: quel comparatif peut-on faire entre l’action de l’enzyme pepsine et le coca cola sur des protéines (albumines)?   

 

 

A) Protocole expérimental :

 

Nous avons voulu recréer à peu près les mêmes conditions que dans l’estomac c'est-à-dire :

 

1.    un pH acide : pH optimum de 2

2.    une température égale à 37°C

 

L’expérience repose avant tout sur la mise en évidence de la transformation des protéines, ici de l’ovalbumine. Pour se faire, nous avons effectué le test du BIURET, test qui permet la mise en évidence des protéines dans un liquide : celui-ci passe du bleu à une couleur violacée lorsqu’il y a présence de protéines.

 

Nous avons donc utilisé pour cette expérience :

 

·        de la pepsine de concentration c = 2%

·        de l’ovalbumine (albumine issue du blanc d’œuf) diluée dans de l’eau de même concentration  c = 2% (nous avons chercher cette concentration à l’aide du test du biuret )

·        de l’acide chlorhydrique HCl

·        du coca cola

·        un bain marie à 37°C

·        plusieurs tubes à essai

·         du biuret (liquide bleu) 

 

 

 

B) Expérience :

 

1) Nous avons pratiqué un premier test sur le coca cola cherchant ainsi à démontrer qu’il ne contient pas de protéines. On a donc mis dans un tube à essai:

·        1ml de coca cola + 1 ml de biuret

  

 

On remarque qu’il n’y a aucune réaction, le mélange reste de couleur bleutée, ce qui prouve que le coca cola ne contient pas de protéine .

 

 

2) Nous avons ensuite pris trois tubes dans lesquels nous avons introduit:

 

     Tube n°1 : 3 ml de coca cola + 5 ml de solution d’albumine

Tube n°2 : 3 ml  de solution de pepsine + 5ml de solution d’albumine

Tube n°3 : 3 ml d’eau + 5ml de solution d’albumine

 

 

3) Nous avons rajouté de l’acide chlorhydrique HCl dans chaque tube afin d’atteindre un pH égal à 2.

 

 

4) Nous avons placé ces tubes dans un bain marie à 37°C et avons 

avons fait plusieurs tests au biuret au fil du temps.

 

 

 

  

                                       

 

 

 

1ml de  biuret + 8 ml dans les solutions des différents tubes du test :

 

 

C) Résultats :

 

Les résultats sont présents sur les photos suivantes :

 

 

 

  

 

coca + albumine            eau + albumine           pepsine + albumine

 

 

 

D) Interprétation et conclusion de l’expérience :

 

De T=0 à T=20, on constate :

       Pour l’eau + l’albumine : ce tube fait ici office de témoin de l’expérience. En effet au fur et à mesure du temps, aucun changement n’a été remarqué, la couleur est restée violette démontrant ainsi la présence permanente des protéines.

       Pour le coca + l’albumine : au fil du temps la couleur violacée, marquant la présence de protéines, s’estompe pour se transformer finalement en une couleur bleutée : les protéines ont été transformées.

       Pour l’enzyme pepsine + l’albumine : on remarque le même résultat que pour le coca cola : le biuret est passé d’une couleur violacée à une couleur bleutée révélant ainsi la transformation de l’albumine.

 

Conclusion :

 

On peut donc conclure de par la similitude des résultats obtenus dans les tubes contenant le coca et ceux contenant la pepsine, l’expérience s’étant déroulée dans les conditions expérimentales identiques à celles de l’estomac, que le coca cola agit à peu près de la même manière que l’enzyme pepsine, enzyme présente dans les sucs gastriques de l’organisme.

Le coca cola a donc des prédispositions pour aider à la digestion puisqu’il peut transformer certaine protéine en particule plus petite qui pourraient être les acides aminé. On ne peut pas le confirmer puisque le test qui met en évidence les acides aminées dans une solution n’est pas réalisable au laboratoire du lycée.   

 

49 votes. Moyenne 3.59 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site